Quatre bidonvilles ont fait l'objet du programme de relogement des quartiers insalubres de Ain Sebaâ.  Samedi 22 Septembre les bulldozers ont investis Douar El Ouasti, première cible du programme, est un bidonville qui existe depuis 1986. Il compte 752 baraques, abritant 976 ménages selon un recensement effectué en 2010.

Samedi 29 Septembre c'est au tour Douar Hsibou, Douar Rigui et Douar Jdid existent depuis les années 1990. Ils contiennent 610 baraques, abritant environ 870 ménages

Le jeune Bodyboardeur Amine Ourika vivait avec sa famille dans le Douar Hsibou et subvenait aux besoins de la famille grâce à l'Océan. Ce jeune homme prend soin avec l'aide de sa maman de ses trois frères et sœurs handicapés en travaillant dans l'océan comme une grande partie des habitants du douar. 

Plusieurs familles comme la sienne refusent aujourd'hui de quitter le Doaur et s'indignent face à l'absence de commodités et d'équipements dans le nouveau quartier (Sidi Hajjaj) mais aussi les délais de construction sur les nouveaux lotissements (entre 6 et 12 mois). Les bénéficiaires doivent attendre que le terrain soit construit et n'ont pas où loger d'ici là. 

Face à ce drame, la communauté Surf & Bodybaord a exprimé un élan de solidarité sans précèdent via les réseaux sociaux. Ainsi plusieurs personnalités connus dans ce milieu dont Khadija El AbidAbdel ElharimAnas Haddar,  Mohamed El Hamzaoui, Adnane Benslimane, Youssef Zerrad, Othman Choufani  pour ne citer qu'eux ont appelé à aider le jeune Amine Ourika pour qu'il puisse : 

1-   Trouver une location pour loger sa famille et continuer à travailler dans l'Ocean

2-   Récolter les fonds nécessaires pour obtenir un lot de terrain dans le cadre de compensation

Vous avez envie de soutenir Amine Ourika ? Le RIB ci-dessous a été vérifié par nos soins. 

RIB : 350 810 0000000007866000 42

Merci pour lui